Ceci n'est pas une kalashnikov

Bien que les livres d'histoire de l'art recueillent de manière récurrente une seule de ces œuvres, Magritte pensa son "Ceci n'est pas non pipe" comme une série ("Ceci n'est pas une ...", "Ceci continu à ne pas être une pipe », etc, tout au long des créations et des compositions différentes pour des dessins similaires). En fait, l'idée, le piège de la série est sous-entendu comme le point de fuite dans n'importe quelles de ces peintures prise une par une. L'une des dernières oeuvres de l'artiste peintre Pierre Marquès, la série de kalachnikovs présentée ici, a quelques points communs avec de telles machinations. L'AK-47 peint au pochoir en négatif sur des pages de magazines, conservant une partie de l'image (qui devient ainsi l'épiderme du fusil d'assaut le plus populaire du siècle dernier) et une partie du texte (à son tour transformé en contrepoint qui complète le trompe-l'œil).

Pierre Marques est un de ces artistes contemporains qui n'ont pas cru la supercherie de la «mort de la peinture» et a suivi dans sa tranchée observant, j'imagine que, avec un peu d'humour, comme dans ces derniers temps la dictature de «l'expérience» artistique et l'installation d'art "razoir" (ennuyeux) ont donné, dans de nombreux cas, de nouveaux arguments à l'expression «niais».

En dépit de sa forte conviction picturale, et à travers la sérialisation de l'objet peint et sa perte successive de poids narratif, ces peintures se transforment peu à peu en poésie, faisant que la clause qui complète le tandem (kalachnikov + texte trouvé) prenne de plus en plus d'importance: chargé d'un maximum d'ironie et renforce de plus en plus l'idée que ce n'est pas une kalachnikov. Eh bien si, s'en est une. Joan Brossa a fait quelque chose similaire avec ses poèmes et ses poèmes objets. Ainsi, chacune de ces peintures ont formé un complexe système artistique, si l'on considère que jamais elle ne cessent d'être ce qu'elles étaient avant la toile sur laquelle s'applique le détournement: une publicité, un morceau de papier d'emballage (Louis Vuitton, Chanel), la feuille d'un journal (La Vanguardia, dans le cas de la série «L'art d'avanguarde»), un magazine (de jardinage, de pornographie, etc.)

Et surtout, Marquès a réalisé quelque chose que beaucoup d'entre nous désirerions: le trafic d'armes en plein jour.

Robert Juan-Cantavella
pour le magazine Quimera n°299
BARCELONE